Gmail check

Saèk Thmey

"Un avenir meilleur"


Une formation professionnelle dans le cadre du tourisme,

et l'enseignement du français

c’est assurer un "avenir meilleur" à de nombreuses familles cambodgiennes…


Le Cambodge touristique

Aux amateurs d’histoires et d’architecture, la civilisation angkorienne offre une impressionnante densité de temples datant des années 700 à 1'300 après J.C.. On en a recensé plus de 1'500 dans la seule province de Siem Reap et 900 dans celle de Battambang. Une grande partie de ceux-ci se dressent encore majestueusement et vous plonge par leur réalisme à l’époque du royaume d’Angkor. Vous auriez de quoi y passer plus d’une vie à les étudier…… Le royaume d’Angkor dépassait largement les frontières du Cambodge actuel. Il s’étendait jusqu’au nord du Laos, au Vietnam, en Thaïlande et jusqu’en Birmanie. Au déclin de cette grande civilisation, passée maître dans les ouvrages d’irrigations, les frontières du Royaume se réduisirent à peau de chagrin jusqu’aux dimensions actuelles du Cambodge. Le site d’Angkor Thom (Grand Angkor -12 et 13ème siècle) formait une ville aussi grande que Paris au 18ème siècle. Comme la ville était très peuplée (plus d’un million d’habitants), la production annuelle de riz était très importante pour la survie de ses habitants.

Les deux vastes régions au Nord Est du pays sont encore peu connues. De nombreuses minorités ethniques y vivent. Le Ratanakiri tout au Nord en frontière avec le Laos et le Vietnam, traversé de trois grands fleuves qui viennent du Vietnam et du Laos et qui se jettent dans le Mékong à Stoeng Treng, ville frontalière avec le Laos.

Le Mondolkiri plus au Sud en frontière avec le Vietnam, province de moyenne montagne appelée la Suisse du Cambodge tant son paysage de forêts ressemble au Jura. Des minorités ethniques telles que celle des Pnongs utilisent encore aujourd’hui leurs éléphants pour le travail dans la jungle.

Ces deux régions sauvages sont le paradis des trekkings à pied, à dos d’éléphants, en pirogue, en 4x4 ou encore en moto trial ou VTT. La jungle est encore en grande partie inexplorée et il semble d’après des études qu’une faune assez importante s’y soit réfugiée, fuyant les braconniers des autres contrées, ceci en partie à cause des guérillas qui ont duré fort longtemps au Cambodge. Non loin de là, à Kratie, on peut admirer l’une des rares colonies de dauphins d’eau douce qui vit encore dans le Mékong.

Grâce aux efforts louables du Gouvernement, le pays est rapidement mieux équipé au niveau routier, ce qui permet des voyages plus rapides et moins pénibles pratiquement dans toutes les provinces du Cambodge.